Religion dans les royaumes

Le panthéon céleste

Le panthéon céleste est un système ouvert et en perpétuelle transformation. L’organisation des hommes est calquée sur la hiérarchie des dieux :

  • La Cour céleste = le roi et ses ministres
  • Les divinités mineures = les fonctionnaires
  • Les divinités populaire = le peuple.

La Cour Céleste

Elle est entre autres composée de :

  • Yu Huang Shang Di, l’auguste Empereur de Jade, incarnation de l’ordre et de l’harmonie dans l’univers ; il accorde ou retire le mandat céleste aux dynasties mortelles selon son bon vouloir
    empereur_jaune.jpg
  • Wen Chang, dieu de la littérature et des livres, scribe de l’empereur de jade ; il peut prédire l’avenir et maîtrise la magie de la transformation
  • Tsai Chen, dieu de la richesse, trésorier du Ciel, qui chevauche un tigre noir
  • Zhu Rong, dieu du Feu, l’exécuteur céleste des Hautes Œuvres, qui punit ceux qui enfreignent les lois édictées par le Ciel ; divinité de la justice et de la vengeance
  • Chang-E, déesse de la lune, patronne des amoureux, connaît la recette de l’élixir d’immortalité qu’elle prépare sur la lune en compagnie de sa cours de lapins. Epouse de Yi, l’archer divin
    The_Moon_Goddess_br.jpg
  • Er Lang, neveu de l’empereur de Jade, qui combat les démons et les mauvais esprits grâce à sa puissante magie et ses 72 déguisements
  • Nezha, tueur de démons, dieu de la guerre et du hasard, qui possède de nombreuses armes magiques, dont les Anneaux célestes
  • Lei Gong, le dieu du tonnerre, à la peau bleue et à la tête d’oiseau, qui se déplace dans le ciel dans un chariot tiré par six enfants. Crée le grondement du tonnerre à l’aide d’un imposant marteau
  • Tian Mu, déesse des éclairs, épouse de Lei Gong, qui crée la foudre à l’aide d’un miroir magique
  • Xi Wangmu, déesse de l’Immortalité, qui règne sur les monts Kunlun et garde les Pêches sacrées qui rendent immortel
  • Yi l’archer, qui fut chargé d’abattre les neuf soleils surnuméraires apparus durant le règne de l’empereur Yao. Lors d’une expédition de chasse, il rencontra Xiwangmu, qui lui remit des herbes d’immortalité. Sa femme Chang’e les consomma et s’envola dans la lune, dont elle devint la déesse.
    yi_l_archer.jpg

Les divinités mineures & les immortels

Le deuxième niveau est occupé par les divinités du ciel postérieur, “hou tian”. Ces divinités sont composées des divinités mineures et des immortels.

Les divinités mineures :

Les divinités mineures sont les fonctionnaires nommés par les dieux de la cour céleste pour gouverner les affaires du monde.

Les Trois Augustes

Trois souverains envoyés par les dieux pour guider l’humanité. Une fois la civilisation instaurée, les trois augustes furent élevés au rang de divinité.

  • Fu Xi
    Frère et époux de Nuwa, fondateur de la médecine traditionelle chinoise, créateur des caractères chinois, et le premier dieu des trois Augustes, il enseigna aux hommes les méthodes de la cuisson, la chasse, la pêche, les armes de métal, le premier sacrifice au ciel. Il dispute à Huangdi deux inventions : la cithare guqin et le symbole du dragon composé des parties des animaux totems des tribus vaincues, car il fut aussi un empereur.
    fu_xi.jpg
  • Nu Wa, déesse de l’Harmonie et du mariage
    Elle façonna les premiers humains et leur donna le pouvoir de procréer. Le mont Buzhou, l’un des piliers soutenant le ciel, ayant été brisé par Gonggong lors de son combat contre Zhurong (ou Zhuanxu), la rivière céleste s’écoula sur la terre entrainant un déluge, des incendies et des attaques de bêtes féroces. Nuwa colmata la brèche en faisant fondre une pierre de cinq couleurs. Elle replaça le ciel sur les pattes d’une tortue, tua le dragon noir pour restaurer la terre et fabriqua une digue avec des cendres de roseau. Réparés, le ciel et la terre restèrent néanmoins légèrement inclinés en sens inverse l’un de l’autre, causant la dérive nord-ouest des astres et la direction sud-est des fleuves.
    nuwa.jpg
  • Shennong
    On lui prête l’invention de la houe, de l’araire et du champ, de la culture des cinq aliments de base (attribuée aussi à Huangdi, l’Empereur jaune), la découverte du thé et des vertus médicinales des plantes, ainsi que le Shennong bencaojing (“Classique de la matière médicale du Laboureur Céleste”, le plus ancien ouvrage chinois traitant des drogues végétales, animales et minérales) des Han occidentaux, premier traité chinois de phytothérapie. Il est parfois confondu avec Yandi et présenté comme le frère de Huangdi.
    shennong.jpg

Les trois dieux du bonheur, particulièrement vénérés par les habitants du Zhongguo.

  • Fu Xing, le dieu de la chance,
  • Lu Xing, le dieu de l’abondance,
  • Shu Xing, le dieu de la longévité.

Les cinq animaux sacrés :

L’Empereur de jade a confié à cinq animaux célestes la mission de protéger les frontières de l’univers, les points cardinaux du Ciel. Chacune de ces divinités est associée à une direction, une saison et une couleur.

  • Au Nord, Gui Xian la tortue noire, symbole de l’Eau.
  • Au Sud, Feng Huang, le phénix rouge, associé au Feu.
  • A l’Est, Long Wang, le dragon vert, symbole du Bois.
  • A l’Ouest, Bai Hu, le tigre blanc, symbol e du Métal.
  • Au Centre, la Kirin jaune, associée à la Terre.

Les Quatre Rois-Dragons

Ils règnent sur les quatre océans du monde, ce sont les dragons de l’eau et de l’humidité sous toutes ses formes : rivières, lacs, pluie et mers. Il sont les divinités auxquelles le peuple du Zhongguo adresse ses prières en cas de sécheresse et que les marins honorent par des offrandes avant de prendre la mer.

  • Ao Chin, Roi de l’océan du Sud,
  • Ao Shun, Roi de l’océan du Nord,
  • Ao Kuang, Roi de l’océan de l’Est,
  • Ao Jun, Roi de l’océan de l’Ouest.

Les immortels

Les Immortels sont de simples humains ayant réussi à atteindre la réalisation suprême, et se sont vu offrir par les dieux de la cour céleste le statut de divinité.

Parmi eux, les cinq empereurs légendaires :

  • Huang Di, l’Empereur Jaune, devin, guerrier, est la divinité la plus respectée du peuple.
  • Zhuanxu, le deuxième des Cinq empereurs.
  • Yao, le troisième des Cinq empereurs. Il inventa le jeu de Go.
  • Shun, le quatrième des cinq empereurs.
  • Yu le Grand, le cinquième des cinq empereurs, le patron des grands travaux d’aménagement des cours d’eau.

Parfois, la cour céleste est facétieuse et elle accorde à un mortel un statut divin par dérision. Ainsi en est-il de Di Xin, le dernier Empereur de la dynastie Yin, qui fut nommé dieu de la Sodomie sous le nom de Zhou Wang, en raison de ces perversités passées.

Les divinités populaires

Le troisième niveau est occupé par les divinités de la religion populaire.

Le dieu du sol, Ben di shen :

Chaque village, chaque communauté possède son propre dieu du sol. Parfois un ancien héros local divinisé, parfois un simple arbre ou un rocher élevé au rang d’esprit. Le Ben di shen veille sur le territoire où vit la communauté qui le vénère. Il rend les champs fertiles, s’assure que les rivières ne s’assèchent pas. Le Ben di shen possède toujours un autel ou un temple où il est honoré par la population à diverses occasions, selon l’histoire locale .

Le dieu de la ville, Cheng shen :

Chaque cité possède sa divinité locale qui a pour rôle de veiller sur les murs et les douves afin d’empêcher les démons de les franchir. Dans chaque quartier est vénéré une divinité tutélaire, Tu di, considérée comme le dieu du voisinage. Les Tu Di sont sous les ordres du Cheng Shen local.

Les dieux domestiques :

La maison est le temple de nombreux dieux, qui ont pour rôle de protéger la famille mais également de l’évaluer en rapportant son comportement au Ciel, qui juge si elle respecte bien les lois célestes.

  • Le Men Shen, le dieu de la porte empêche les démons et mauvais esprits d’entrer dans la demeure.
  • Le Zao Jun, le dieu du foyer, vit dans la cheminée ou le four. C’est lui qui est chargé, lors du Nouvel An, de rapporter au Ciel les actions de la famille chez qui il vit. En conséquence, il reçoit de très nombreuses offrandes à cette occasion.

Il existe de nombreuses divinités domestiques, esprits communs avec lesquels les gens du peuple ont appris à vivre et qu’ils vénèrent. Citons comme dernier exemple Chang Mu, la déesse de la chambre à coucher, qui s’assure que toutes les activités de la chambre se déroulent au mieux (sommeil, sexe, naissance).

Bonus : le combat de Zhurong contre Gonggong :
gonggong_vs_zhurong.jpg

Religion dans les royaumes

Les amis de Mei Lin ryohkoh